header1
header11
header12
header13
header14
header15
header2
header3
header4
header5
header6
header7
header8
header9

 

Le genévrier fait partie des arbres qui se bouturent et se marcottent facilement.

Le plant de départ est à l'origine une bouture. Un fil a été serré à l'endroit où l'on comptait faire la marcotte : il n'est pas certain qu'il y ait à l'endroit du cal beaucoup plus de cellules qui pourront se transformer en racines, mais en tout cas la base sera un peu élargie à cet endroit destiné à être le futur nébari. Le plant a été rempoté en biais afin de se servir de la première branche pour faire un mame ou un shohin :

 

Le 1er mai 2016, une fois le fil enlevé :

Un pot de plastic, transparent afin de voir l'évolution des racines, est fixé :

Avant de remplir le pot de substrat, il faut bien évidemment écorcer la partie à marcotter en prenant bien soin d'enlever le cambium. Les copeaux ont ensuite été enlevé pour éviter les risque de pourriture et de l'hormone de bouturage a été appliquée :

L'ensemble est placé dans un pot plus large (ici un bac de culture aquatique) et calé avec de la pouzzolane à grosse granulométrie, ce qui par ailleurs maintiendra de l'humidité autour des racines. Le fond du pot transparent est de la pouzzolane 5-6 mm et le reste de l'akadama :

Puis le tout a été recouvert d'un film plastic noir (sac poubelle) pour que les racines ne soient pas grillées par le soleil :

Le premier août, soit 3 mois après le début de l'opération, des racines étaient visibles :

Vu la position du pot transparent, il était difficile de tourner régulièrement le tout afin que la chaleur du soleil puisse aider les racines à sortir de tous les côtés de façon régulière. La marcotte a été sevrée vers le 15 août :

La partie marcottée une fois rempotée :

Quant à la base...

 

NB : il aurait été souhaitable de laisser un moignon plus long pour faire un jin, etle premier ligaturage est temporaire, pour éviter que la nouvelle cime pousse tout droit.

Pour des marcottes sur des branches plus importantes, le temps nécessaire à la production de racines suffisantes pour pouvoir sevrer la marcotte est en général plus long (un an ou plus parfois.